Génocide au Rwanda : un industriel plaide coupable

L’ancien directeur général du bureau de l’industrie du thé au Rwanda, Michael Bagaragaza, a plaidé jeudi coupable de complicité de génocide, a annoncé le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

M. Bagaragaza s’était rendu au Tribunal volontairement le 16 août 2005. Le TPIR l’avait inculpé de quatre chefs de génocide, de complot en vue de commettre des actes de génocide, de complicité de génocide et de violations des Conventions de Genève de 1949 et du Protocole additionnel II de 1977.

Selon la presse, M. Bagaragaza a été responsable dans l’industrie du thé jusqu’en juillet 1994. A ce poste, et avant le génocide, il aurait participé à la collecte de fonds visant à mettre en place des forces armées capables d’éliminer les Tutsis dans la préfecture de Gisenyi. Il aurait aussi donné des ordres en vue du meurtre de centaines de civils Tutsis qui avaient trouvé refuge sur la colline de Kesho, à proximité d’une usine de thé à Rubaya, ainsi que dans la cathédrale de Nyundo dans la préfecture de Gisenyi.

Il aurait appuyé les milices Hutu génocidaires, les Interahamwe, en leur fournissant de l’essence et des armes stockées dans l’usine. Il aurait aussi été nommé président honoraire d’une unité locale interahamwe. Il avait fui en juillet 1994 pour le Kenya.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.