Vague de migration népalaise aux Etats Unis

Plus de 20.000 réfugiés bhoutanais ont déjà quitté le Népal pour commencer une nouvelle vie dans des pays tiers dans le cadre de l’un des plus importants programmes du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) en matière de réinstallation. La réinstallation des réfugiés bhoutanais depuis les sept camps situés dans l’est du Népal a commencé en novembre 2007, avec un soutien appuyé de la part du gouvernement du Népal, de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et des pays de réinstallation. Ces réfugiés sont arrivés au Népal depuis le Bhoutan au début des années 1990, ils fuyaient des tensions ethniques, a indiqué le HCR.

Le 20.000ème réfugié bhoutanais à bénéficier de la réinstallation est Sita Budhathoki, âgée de huit ans. Elle a quitté le Népal lundi avec ses parents et ses frères et soeurs pour Des Moines, dans l’Etat de l’Iowa aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont accueilli le plus grand nombre de réfugiés bhoutanais, quelque 17.612 d’entre eux se trouvant désormais dans des Etats comme le Texas, l’Etat de New York, la Géorgie, l’Arizona, la Pennsylvanie et la Californie ou d’autres.

D’autres pays offrent la réinstallation à des réfugiés bouthanais comme l’Australie (846), le Canada (674), la Norvège (299), la Nouvelle-Zélande (294), le Danemark (172) et les Pays-Bas (122).

Plus de 78.000 réfugiés ont déjà fait part de leur intérêt pour la réinstallation et quelque 5.000 autres devraient quitter le Népal pour des pays tiers d’ici la fin de cette année.

Dans les camps du Népal, le HCR continue à informer les réfugiés sur la réinstallation et d’autres choix, afin qu’ils puissent prendre une décision en toute connaissance de cause pour leur avenir. L’agence organise régulièrement des sessions d’;information, des groupes de discussion et des accompagnements psychologiques individuels. Des programmes spécifiques d’information sont organisés pour les réfugiés marginalisés et vulnérables. Les réfugiés peuvent aussi suivre des cours d’anglais et des formations professionnelles qui les aident à préparer leur vie dans un nouveau pays.

En parallèle avec la communauté internationale, le HCR continue à plaider pour le choix du retour volontaire au Bhoutan pour les réfugiés qui le souhaitent. Quelque 91.000 réfugiés originaires du Bhoutan se trouvent toujours au Népal. Un grand nombre d’entre eux vivent en exil depuis plus de 18 ans.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.