Piraterie en Somalie : la stratégie militaire aurait atteint ses limites

L’augmentation continue du nombre d’actes de piraterie au large des côtes somaliennes et leur sophistication qui évolue sans cesse soulignent les limites d’une approche exclusivement maritime de ce problème, a déclaré jeudi un haut responsable de l’ONU.

« L’engagement maritime de la communauté internationale reste nécessaire et a montré sa valeur dissuasive », a toutefois estimé le directeur de la division Afrique 1 du Département des affaires politiques de l’ONU, Joao Honwana, devant le Groupe de contact sur la piraterie au large de la Somalie réuni à New York.

Selon lui, les limites atteintes par cette stratégie soulignent « le besoin pour la communauté internationale de traiter le problème de la piraterie de manière globale, unie et large ».

M. Honwana a ajouté que les Nations Unies avaient renforcé les capacités des Etats à garantir que les pirates présumés soient poursuivis grâce à l’harmonisation des législations nationales avec le régime juridique international. En outre, l’ONU apporte son aide pour que davantage d’Etats partagent la tâche de poursuivre et d’emprisonner les pirates.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.