Sexualité : le PNUD favorable au planning familial

La directrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark, a défendu mercredi à Berlin le droit des femmes à choisir le moment d’avoir des enfants et à bénéficier d’un soutien médical adéquat.

« Tant que 200 millions de femmes dans le monde n’auront pas de possibilité de planning familial, leurs chances de finir leur éducation, de trouver un emploi rémunéré et de sortir de la pauvreté seront réduits », a dénoncé Helen Clark.

« Les femmes ont le droit de prendre leurs propres décisions quant à savoir si et quand elles auront des enfants, avec qui et combien, ainsi que de recevoir un soutien médical et de donner naissance en sécurité », a-t-elle ajouté. La directrice du PNUD prenait la parole à un forum du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et du gouvernement allemand sur la santé sexuelle et de reproduction et sur le développement.

De son côté, la directrice de l’UNFPA Thoraya Obaid a rappelé qu’il faudrait 23 milliards de dollars par an pour permettre aux femmes d’éviter des grossesses non désirées – soit moins de 10 jours de dépenses militaires mondiales. « Jamais dans l’histoire de l’humanité autant de jeunes ne sont entrés en même temps à l’âge de la reproduction », a dit Mme Obaid. « Au lieu de faire des discours on ferait mieux de parler de budgets », a-t-elle souligné.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.