Soupçons de Crimes contre l’Humanité au Népal

Le représentant du Haut commissariat pour les droits de l’homme au Népal, Richard Bennett, a une nouvelle fois appelé vendredi les autorités népalaises à enquêter sur les violations des droits de l’homme commises pendant la guerre civile.

M. Bennett a rencontré jeudi le chef d’état-major par intérim de l’armée népalaise, Chhatra Man Singh Gurung, et a réitéré sa préoccupation concernant le manque de progrès sur les poursuites des auteurs des graves violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international commises par l’armée népalaise pendant la guerre civile.

Le bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) reproche au gouvernement de ne pas avoir ouvert d’enquête sur les cas de détention arbitraire, de torture et de disparitions dans la caserne de Maharajgunj en 2003 et 2004. Richard Bennett a aussi évoqué les autres accusations de violations graves des droits de l’homme impliquant des membres de l’armée, dont des disparitions dans le district de Bardiya et le meurtre de Maina Sunuwar.

Le représentant du HCDH s’est dit préoccupé par le fait que des officiers ayant occupé des postes de responsabilité au moment des violations commises à la caserne de Maharajgunj ont été récemment recommandés pour une promotion ou une prolongation à leur poste, citant le général Toran Jung Bahadur Singh et le général Victor Rana.

Le général Gurung lui a promis que les militaires reconnus coupables de violations des droits de l’homme seraient punis et qu’il coopérerait avec un organe indépendant et impartial, telle qu’une Commission d’enquête sur les disparitions, chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme commises pendant le conflit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.