Molex : la rencontre entre le ministre et les dirigeants accouche d’une souris

Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie, rencontrait mardi à Paris deux dirigeants de l’entreprise Molex Villemur sur Tarn. L’entretien a duré quelques 3 heures. Rien de concret n’en est sorti.

Les dirigeants de Molex ont certes, tenu à remercier le médiateur Francis Latarche et le ministre pour son implication dans ce dossier.

Mais comme le précise le communiqué du ministère “très fermé à toute idée de maintien partiel de l’activité ou de contrat de sous-traitance, M. Doesburg a toutefois accepté, parallèlement à la négociation globale sur le plan social et la revitalisation, de rencontrer au cours des prochains jours les repreneurs potentiels.”

Pour le ministre, il s’agit là d’une avancée très importante, mais sans portée obligatoire quelconque.

Christian Estrosi a quant à lui demandé aux dirigeants de Molex, déterminés à fermer leur usine de Villemur dans le cadre de la réorientation de l’entreprise au plan mondial, “d’envisager une période de transition qui permette d’élaborer un nouveau projet industriel tourné vers d’autres activités que l’automobile”.

Le ministre chargé de l’Industrie souhaite que “s’ouvrent à présent les négociations entre les salariés et la direction, tout en appelant de ses vœux une solution de reprise qui convienne à la fois aux salariés et à la direction de Molex”.

S’agissant du paiement des salaires du mois d’août, les dirigeants de Molex ont accepté, à la demande du ministre, d’envisager leur versement dans le cadre des discussions globales qui se tiendront à l’occasion du comité d’entreprise de jeudi.

Les réunions de médiation et du comité d’entreprise se dérouleront à la Préfecture de Haute-Garonne, à Toulouse. Le ministre chargé de l’Industrie donnera toutes les instructions pour que soient “naturellement garanties la sécurité et la liberté de circulation des dirigeants de Molex”.

Dans ce dossier, les quelques 300 salariés du site, qui n’étaient pas invités à cette réunion au sommet, risquent de perdre leur emploi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.