L’UNICEF demande 1,5 millions d’aide pour la Centrafrique

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a lancé mardi un appel aux donateurs de 1,5 million de dollars pour lutter contre la malnutrition chez les enfants dans le sud de la République centrafricaine où les taux de malnutrition dépassent les seuils d’urgence.

« Entre le Nord du pays affecté par le conflit et la région Sud plus stable, on compte près de 700.000 enfants de moins de cinq ans vivant au-dessous des seuils acceptables, et beaucoup sont maintenant à la limite extérieure de la survie, » a déclaré Jeremy Hopkins, représentant par intérim de l’UNICEF en République centrafricaine. « La situation des enfants au sud est particulièrement inquiétante, en raison de leur état nutritionnel qui se dégrade rapidement alors que dans le même temps les perspectives de financement sont de plus en plus rares. »

L’argent demandé est destiné à l’achat et la distribution d’aliments thérapeutiques de survie, de médicaments et autres intrants ; à la conduite d’une enquête nutritive nationale et à la formation d’agents de santé communautaire à la détection précoce des enfants dont l’état nutritionnel est compromis.

Les évaluations préliminaires conduites récemment dans trois provinces – Mambéré Kadéi, Sangha Mbaéré et Lobaye – ont révélé que 16% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë et 6,6% de malnutrition sévère aiguë. C’est bien au-dessus des seuils d’urgence de 2% pour une malnutrition sévère aiguë et de 15% pour une malnutrition aiguë. Les enfants souffrant d’;une malnutrition sévère aiguë ont de grandes chances de mourir, comparé à des enfants bien nourris.

On estime que 16.710 enfants dans les zones surveillées sont exposés au risque de malnutrition.

Selon l’UNICEF, cette situation préoccupante vient s’ajouter aux taux déjà élevés de la malnutrition aiguë dans le pays ou plus d’un enfant sur dix souffre de la malnutrition aiguë et 2,3% souffrent de malnutrition sévère aiguë.

La malnutrition chronique en République centrafricaine découle de plusieurs causes : l’extrême pauvreté – plus de 6 personnes sur 10 vivent avec moins de 1,25 dollar par jour – le conflit en cours et l’insécurité grandissante et la perte de revenus dans des provinces comme le Mambéré Kadéi où le secteur minier est affecté par le ralentissement de l’économie mondiale.

Le taux de prévalence du VIH du pays de 6.3% est le plus élevé de l’Afrique de l’Ouest et contribue également à la précarité de la situation nutritionnelle des enfants et de leurs familles.

La malnutrition sévère aiguë est l’une des trois causes de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, liées à la nutrition. Les enfants sévèrement malnutris ont neuf fois plus de risques de décéder. Le nombre de morts est très élevé même parmi les malnutris légers parce beaucoup d’enfants tombent dans cette catégorie. La malnutrition peut aussi empêcher les enfants d’atteindre leur plein potentiel physique et mental.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.