Les réfugiés somaliens au Kenya

En visite dans le vaste camp de réfugiés de Dadaab, dans le nord du Kenya, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterres a appelé la communauté internationale à répondre au problème de surpeuplement qui affecte les gens qui ont fui le conflit en Somalie.

Le Haut Commissaire, en visite officielle de trois jours au Kenya a estimé que le site de Dadaab était le plus problématique dans le monde, a déclaré la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l’ONU, à New York.

Situés à quelque 90 kilomètres de la frontière avec la Somalie, les trois camps qui composent le site de Dadaab avaient été construits pour abriter 90.000 personnes. Aujourd’hui, ils abritent trois fois plus de monde, pour la plupart des Somaliens.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) estime que la population réfugiée à long terme a besoin d’une amélioration des infrastructures, notamment des réseaux de distribution de l’eau, et de meilleurs services de santé et d’éducation.

Il faut aussi des terrains supplémentaires pour étendre les camps a précisé le communiqué de l’ONU.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.