La Crise économique freine la lutte contre la faim et la pauvreté

Alors qu’il reste moins de la moitié du chemin à parcourir avant la date butoir de 2015 pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les grands progrès dans la lutte contre la pauvreté et la faim commencent à ralentir, voire à s’inverser à cause des crises économiques et alimentaires mondiales, révèle un nouveau rapport sur la réalisation des OMD.

« Nous ne pouvons laisser un climat économique défavorable saper les engagements pris en 2000. Au contraire, les efforts entrepris pour relancer la croissance économique doivent être considérés comme une occasion de prendre des décisions difficiles mais nécessaires pour créer un avenir plus équitable et plus viable », estime Ban Ki moon en avant propos du nouveau rapport.

Le rapport présente des domaines où les progrès vers les huit objectifs se sont ralentis, voire inversés. Ainsi, en ce qui concerne l’éradication de la faim, la tendance, qui était encourageante depuis le début des années 1990, s’est inversée en 2008, en grande partie à cause de la hausse des prix des denrées alimentaires. La prévalence de la faim dans les régions en développement est en train d’augmenter, puisqu’elle est passée de 16 pour cent en 2007 à 17 pour cent en 2008.

Par ailleurs, les crises actuelles risquent aussi de freiner les progrès vers l’égalité des sexes en créant de nouveaux obstacles à l’emploi des femmes. De même, la capacité des pays à mobiliser des ressources nationales pour le développement est tout aussi menacée.

Le rapport dépeint aussi les avancées constatées dans beaucoup de pays et régions avant que le paysage économique ne change de façon aussi radicale en 2008. C’est le cas avec la hausse des taux de scolarisation primaire (88 pour cent en 2007, contre 83 pour cent en 2000), et la diminution de la mortalité des enfants de moins de cinq, dans le monde entier, même si en Afrique subsaharienne, les taux restent les plus élevés.

Ces réussites prouvent que les objectifs sont réalisables au niveau mondial, indique le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, SHA ZUKANG, qui souligne que « pour réaliser les OMD, il faudra que le programme du développement soit pleinement intégré dans les efforts de relance de la croissance et de relèvement de l’économie mondiale ».

De son côté, Ban ki-moon déclare que « la communauté mondiale ne peut tourner le dos aux pauvres et aux personnes vulnérables. Nous devons renforcer la coopération et la solidarité internationales et redoubler d’efforts pour atteindre les OMD et faire progresser l’agenda global du développement ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.