Rio Loco/mairie de Toulouse : la polémique rebondit

truffaz.jpgBernardo Sandoval, Christian Thorel, Dick Annegarn, François Simon ou le photographe Patrick Riou en sont membres. “Les Amis de Rio Loco”, devant l’émotion suscitée “par les informations données aux médias sur la politique municipale en direction du festival Rio Loco” a décidé de réagir.

Dans un communiqué l’association demande à la municipalité “un engagement précis en faveur de la pérennisation du festival sur au moins 3 points, le budget, les emplois, la liberté de programmation”.

En détails, l’association revendique 1)  que le budget du festival Rio Loco soit équivalent à celui de 2008. L’association affirme que le budget 2009 aurait été rogné de quelques 15%. 2) que soient réintégrés  “les 4 salariés qui ont perdu leur poste (programmation musique, arts visuels, communication, partenariat/développement durable) en pleine préparation de l’édition 2010 sur l’Afrique du Sud et ce pour remplacer les absences pour congé maternité” 3) que soit assurée la liberté des choix artistiques.

Ont notamment signé cette pétition :

Dick Annegarn (auteur-compositeur-interprète, membre du Conseil d’Administration d’ImpresaRio /club des partenaires du Rio Loco), Jean François Daviaud (photographe, Manifesto), Jean-Henri Meunier (cinéaste), Patrick Riou, (photographe), Francis Saint-Dizier, (président des Rencontres des Cinémas d’Amérique Latine), François Simon, (médecin), Mohammed Habib Samrakandi ( Directeur de la Revue Horizons Maghrebins/ Université de Toulouse II – Le Mirail), Bernardo Sandoval, (auteur-compositeur-interprète, président d’ImpresaRio), Christian Thorel (Ombres Banches), Mokhtar Zagzoule (musicologue et professeur de physique à UPS).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.