Honduras : Ban ki Moon appelle à la réintégration des autorités démocratiquement élues

Dans une déclaration faite dimanche, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki moon, s’est déclaré profondément préoccupé par l’évolution de la situation au Honduras, appelant à la réintégration des autorités démocratiquement élues.

« Le Secrétaire général exprime son ferme soutien aux institutions démocratiques du pays et condamne l’arrestation, dimanche, du président constitutionnel de la République », indique la déclaration transmise par sa porte parole.

Ban Ki moon appelle instamment à la réintégration des représentants du pays démocratiquement élus et au plein respect des droits de l’homme, dont les garanties de sécurité pour le président Zelaya, les membres de sa famille et de son gouvernement. Il demande à tous les Honduriens de s’engager dans la paix dans un esprit de réconciliation pour résoudre leurs différends.

Le Secrétaire général croit fermement que les efforts nationaux et internationaux permettront de promouvoir une solution pacifique à la crise par des moyens démocratiques.

L’Organisation des Nations Unies, est prête à fournir son aide pour surmonter cette crise, souligne enfin, Ban Ki moon.

Vendredi denier, le Secrétaire général se disait déjà préoccupé par les tensions politiques et institutionnelles au Honduras, et exhortait toutes les parties concernées à la retenue pour prévenir toute nouvelle escalade.

Selon la presse, Dimanche, les forces armées du Honduras ont expulsé le président Manuel Zelaya qui était sur le point d’organiser une consultation populaire jugée illégale par la Cour suprême de ce pays. Le président du Congrès, Roberto Micheletti, a été désigné quelques heures plus tard nouveau chef de l’Etat du Honduras par le parlement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.