Tensions politiques au Honduras

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est déclaré vendredi préoccupé par les tensions institutionnelles et politiques au Honduras, exhortant à la retenue toutes les parties concernées afin d’empêcher toute escalade.

« Le Secrétaire général estime qu’il est important pour les dirigeants du pays d’agir dans le plein respect du droit et des institutions démocratiques, et de rechercher un consensus sur les questions politiques urgentes, par la voie d’une dialogue pacifique et inclusif », selon une déclaration transmise par sa porte-parole.

Selon la presse, des tensions sont apparues après que le président Manuel Zelaya a refusé de mettre en oeuvre une ordonnance de la Cour suprême visant à replacer à son poste le chef des armées. Le président Zelaya aurait limogé le général Romeo Vasquez après qu’il aurait refusé de l’aider à mettre en place un référendum sur une modification de la Constitution qui lui aurait permis de se présenter à un second mandat. Tant le congrès que les tribunaux ont déjà jugé que le référendum en question serait illégal.

Le message du Secrétaire général souligne que « l’ONU n’a pas l’intention de mener une mission d’observation à propos de la consultation prévue pour ce week-end ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.