La crise alimentaire mondiale touche 1 milliard de personnes

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, M. Olivier De Schutter a appelé jeudi les décideurs de la planète à ne pas attendre de nouvelles émeutes de la faim pour se rappeler de la « crise alimentaire mondiale ».

La crise alimentaire est loin d’être finie, a t-il déclaré. La FAO a confirmé que le nombre total de personne en insécurité alimentaire avait dépassé le milliard d’individus. Les prix des produits alimentaires sur les marchés locaux étaient plus élevés en mai 2009, qu’ils ne l’étaient en mai 2008, dans plus de quarante pays en développement, malgré la décroissance constatée, au niveau international.

Selon le rapporteur, à l’instar de l’effondrement des institutions bancaires, l’élargissement de l’échelle de la faim comporte des risques systémiques. « Des régimes alimentaires moins sains et moins nutritifs créent une responsabilité économique pour le développement futur » a par ailleurs déclaré M. De Schutter, pour qui les acteurs de la planète « doivent saisir le moment », pour agir.

Pour faire à la situation de crise, il a recommandé une plus grande attention au cadre du droit à l’alimentation. Le droit à l’alimentation n’est pas le droit à être nourri suite à une situation d’urgence. C’;est le droit à accéder aux moyens pour produire des aliments, ou aux moyens de disposer d’un revenu pour acheter une nourriture adéquate, a-t-il expliqué. Le droit à l’alimentation peut agir comme une boussole qui aide à trouver des réponses au niveau national et international, a-t-il ajouté.

Il a durant sa déclaration faite à la Conférence sur la crise financière et économique mondiale et son incidence sur le développement, recommandé cinq directions à suivre pour prévenir l’augmentation de la faim et arriver à la réalisation du droit à l’alimentation. Parmi celles-ci, la lutte contre la volatilité des marchés boursiers agricoles internationaux et la reforme de la gouvernance du système alimentaire et agricole mondial.

En parallèle, le Comité permanent de la nutrition du système des Nations Unies (UNSCN) a averti, jeudi, que la crise financière mondiale aggravera la faim et la malnutrition parmi les populations les plus vulnérables. En marge du prochain sommet du G8, en Italie, ce forum de l’ONU qui discute des questions nutritionnelles, encouragera les gouvernements à investir dans les programmes qui accroissent la productivité des petits propriétaires et renforcent les moyens de subsistance des ménages les plus pauvres.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.