Luc Chatel face à la fronde des syndicats toulousains de l’Education nationale

Luc Chatel nommé ministre de l’éducation nationale va devoir affronter sa première fronde syndicale. Avec une patate chaude : la situation des personnels précaires des écoles et établissements. Et la suppression, dans toute la France de quelques 30 000 postes d’employés de vie scolaire. A Toulouse, la contestation prendra la forme d’une première manifestation unitaire le 1e juillet prochain.

Les organisations SNUipp-FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT, CGT Education, appellent en effet à un premier rassemblement le mercredi 1er juillet à 14h30 devant le Pôle Emploi des Arènes, 36 Boulevard Koenig à Toulouse (Près du métro Arènes).

Avec un mot d’ordre : refuser la mise à la rue de 30 000 salariés le 30 juin.

Selon un communiqué de l’intersyndicale “Il reste 7 jours avant que 30 000 EVS, dont plusieurs dizaines dans notre département, embauchés dans le cadre du plan de cohésion sociale de JL Borloo par le ministère de l’Education Nationale soient renvoyés au pôle emploi.”

Embauchés en 2006 pour remplir des fonctions d’aide à la direction d’école ou d’accompagnement des enfants handicapés, les EVS ont rempli leur mission dans les écoles.

L’Etat, le Ministère du Travail et le Ministère de l’Education Nationale et leurs représentants (préfets, directeurs départementaux du travail et de la formation professionnelle, recteurs), n’ont pas, dixit les syndicats de l’Education nationale “rempli leur part du contrat, la formation et l’accompagnement de ces salariés. Pendant trois ans, ces EVS n’ont rien eu de l’accompagnement prévu dans leur contrat en terme de formation et de suivi de projet d’insertion professionnelle”.

Dans le contexte de crise économique et sociale actuelle, la fin du contrat signifie, pour eux, un retour à la case départ, au pôle Emploi, à une plus grande précarité.

Les syndicats réclament  désormais au Gouvernement aux  ministères de l’emploi et de l’éducation nationale de “prendre en compte la situation de ces salariés dans le cadre du plan de lutte contre le chômage et la protection des plus démunis” en prolongeant leurs contrats au delà de juin 2009.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.