La cité fortifiée de Bakou retrouve sa beauté d’antan

Le Comité du patrimoine mondial s’est félicité des progrès réalisés par les autorités d’
Azerbaïdjan en vue de la préservation de la Cité fortifiée de Bakou, avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge, et a décidé de retirer ce site de la Liste du patrimoine en péril, annonce jeudi l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Le site de Bakou, endommagé lors du tremblement de terre de novembre 2000, a été inscrit sur la Liste du patrimoine en péril en 2003. Il avait aussi été affecté par la pression de l’urbanisation, l’absence de politique de conservation et par des tentatives de restauration contestables. Des améliorations dans sa gestion ont permis au site de maintenir sa valeur universelle exceptionnelle qui lui avait valu d’être inscrit sur la Liste du patrimoine en 2000.

Édifiée sur un site habité depuis l’ère paléolithique, la cité fortifiée de Bakou incarne une remarquable continuité culturelle avec des traces de présence zoroastrienne, sassanide, arabe, perse, shirvani, ottomane et russe.

La ville intra-muros (Icheri Sheher) a conservé une grande partie de ses remparts du XIIe siècle. La Tour de la Vierge (Giz Galasy), dont les structures d’origine remontent aux VIIe-VIe siècles avant notre ère, a été restaurée au XIIe siècle. Le Palais des Chahs de Chirvan, du XVe siècle, est un autre chef-d’oeuvre de l’architecture azerbaïdjanaise.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.