Guerre Taliban Pakistan : les réfugiés face aux moussons

En dépit des tragiques pertes d’employés des Nations Unies et d’autres civils suite à l’attentat à la bombe contre l’hôtel Pearl Continental à Peshawar, au Pakistan, la communauté humanitaire reste déterminée à répondre aux besoins des personnes déplacées internes au Pakistan, annonce le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Deux mois après les déplacements de centaines de milliers de personnes hors des zones d’insécurité du nord Ouest du Pakistan, les besoins des déplacés demeurent aigus. Et la vaste majorité de ces personnes se trouvent encore au sein de communautés d’accueil.

« Les personnes qui ont hébergés leurs amis, leurs familles durant cette période de crise ont montré une énorme générosité et ont aidé à sauver un nombre incalculable de vies. Cependant, cet élan commence à faiblir et ces communautés ont besoin du soutien que peut leur apporter la communauté internationale, » a déclaré, M. Martin Mogwanja, coordonnateur humanitaire au Pakistan.

Le communiqué indique que les acteurs humanitaires répondent aux besoins des déplacés se trouvant à la fois à l’intérieur et à l’extérieur des camps, mais aussi dans les communautés d’accueil. Il précise en outre que plus de 47 000 tonnes de nourriture ont été distribuées depuis le début du mois de mai 2009, principalement aux familles les plus vulnérables. Les organisations locales et internationales ont procédé également à la répartition de milliers d’abris et à la distribution de produits non alimentaires dans les camps.

La saison des moussons qui arrive rend urgente la nécessité de faire face aux besoins des déplacés, ajoute d’autre part le communiqué. A ce propos, l’unité sanitaire a averti qu’un déplacement massif des populations, combiné avec des conditions climatiques extrêmes, rehausserait grandement les risques de maladies contagieuses. Des mesures de prévention on été mises en place pour empêcher toute irruption d’épidémie.

A ce jour, selon le département de l’éducation, 375 écoles ont été détruites des suites du conflit en cours, en majorité dans la région de Swat. Par ailleurs, 3026 établissements servent actuellement de lieux d’hébergement de personnes déplacées à travers neuf districts.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.