Somalie-Ethiopie : l’ONU envisage une grave sécheresse

Des millions d’habitants de la Corne de l’Afrique sont à nouveau menacés par les effets combinés de la sécheresse, de pluies saisonnières insuffisantes, de la guerre et du prix élevé de la nourriture, prévient mardi le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a besoin de 450 millions de dollars pour faire face à cette situation.

« Nous sommes potentiellement en présence d’une crise régionale majeure », selon Ramiro Lopes da Silva, envoyé spécial du PAM pour la Corne de l’Afrique.

Le PAM fournit à l’heure actuelle une assistance alimentaire à 17 millions de personnes dans la région de la Corne de l’Afrique, mais le financement est insuffisant alors que l’on attend un accroissement des besoins en Somalie, au Kenya, en Ethiopie, dans le nord de l’Ouganda et à Djibouti dans les mois qui viennent. Le déficit de financement du PAM pour cette région est de 450 millions de dollars.

En Ethiopie, au Kenya et en Somalie, les pluies saisonnières ont été faibles et erratiques. En Ethiopie entre 50 et 70% des terres cultivées avaient été plantées à la mi-avril, alors que les agriculteurs attendaient les pluies. Enfin au Kenya et en Somalie les terres sont arides ou semi-arides et de nombreuses têtes de bétail sont en train de mourir.

Par ailleurs, le prix de la nourriture reste élevé malgré une baisse récente. En Somalie, le prix des céréales dans certaines régions est huit fois plus élevé que la normale et au Kenya le prix du maïs en mars était de 43% plus élevé que l’année dernière.

Les envois financiers aux familles, essentiels pour de nombreuses personnes, se sont aussi réduits, notamment en raison de la crise financière mondiale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.