Nouveau meurtre de journaliste en Irak

Le directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné mardi le meurtre du journaliste sportif irakien Alaa Abdel-Wehab, tué le 31 mai dans un attentat, et demandé la libération sans conditions d’Ibrahim Mohammed Ali, directeur d’une télévision somalienne, enlevé le 2 juin.

« Je condamne le meurtre du journaliste Alaa Abdel-Wehab. Je veux rendre hommage au courage inébranlable des journalistes qui continuent de travailler en Irak malgré la tuerie insensée qui y frappe depuis trop longtemps les professionnels des médias. Des efforts pour améliorer leur sécurité doivent clairement être entrepris afin de renforcer le droit de tous les iraquiens à être informés sur ce qui se passe dans leur pays et à faire des choix démocratiques en toute connaissance de cause », a dit M. Matsuura dans un communiqué.

« Je souhaite aussi exprimer mes inquiétudes pour Sultan Jerjis qui a été blessé lors de l’attentat qui a coûté la vie à Alaa Abdel-Wehab », a-t-il poursuivi. « Je m’inquiète également du sort du preneur de son Hameed Yousif et de son collègue de la télévision Al-Iraqiya, blessés lors d’une autre attaque. Je leur souhaite à tous un prompt rétablissement ».

Alaa Abdel-Wehab, âgé de 37 ans, était le correspondant de la télévision indépendante Al-Baghdadia, basée au Caire (Egypte). Il a été tué par une bombe placée dans sa voiture à Mossoul, au nord de l’Irak. Il se trouvait à Mossoul pour y réaliser un reportage sur le Comité olympique local. Il est le troisième journaliste tué en Irak cette année d’après le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.