Combats à Swat au Pakistan : 20 000 nouveaux réfugiés en 1 seule journée

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a condamné vendredi un attentat à la bombe qui aurait tué au moins 30 personnes dans une mosquée dans le district d’Upper Dir au Pakistan, alors que le nombre de personnes déplacées par les combats dans le nord-ouest du pays continue d’augmenter.

M. Ban « rappelle son rejet de tels actes de violence aveugles et condamnables et présente ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement du Pakistan », selon une déclaration transmise par sa porte-parole.

De son côté, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) estime qu’environ 20.000 personnes devraient être contraintes de fuir vendredi les zones de conflit dans la région de Swat pour des régions plus sûres dans les districts de Mardan, Charssada et Peshawar, dans la Province Frontière du Nord Ouest après la décision le même jour de lever le couvre-feu, de 6 heures du matin à la mi-journée, heure locale.

Pour accueillir les nouveaux déplacés qui n’ont nulle part où aller, le HCR continue un travail de développement dans les camps de Larama et Sugar Mill établis plus tôt cette semaine avec les autorités locales, a indiqué le porte-parole du HCR, Ron Redmond, lors d’un point de presse à Genève.

Plus de 260.000 personnes se trouvent actuellement dans 21 camps dans la Province Frontière Nord Ouest, selon les autorités locales.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.