1000 emplois menacés : lueur d’espoir pour Freescale ?

freescale-toulouse-1-mai-2009.JPGPlus d’un millier d’emplois sont menacés sur le site toulousain.

Freescale annonce chercher un repreneur 

Après l’annonce par Freescale de son intention de fermer à l’échéance de trois ans son site de production à Toulouse, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, Pierre Izard, président du Conseil général de Haute-Garonne, et Pierre Cohen, maire de Toulouse, avaient fait part de leur volonté de rencontrer les responsables américains du groupe.

Cette rencontre a eu lieu, cet après-midi, sous la forme d’une visioconférence de près d’une heure trente entre Alex Pepe, n°2 de Freescale chargé des relations internationales, depuis le siège d’Austin (Etats-Unis), et les responsables des trois collectivités, Martin Malvy, Pierre Izard et Thierry Cotelle, représentant le maire de Toulouse, réunis à l’Hôtel de Région, en présence de Monique Iborra, députée, vice-présidente du Conseil régional, Bertrand Auban, sénateur-conseiller général, et Bernard Raynaud, vice-président du Conseil régional.

Les élus ont fait valoir à la direction de Freescale que la fermeture annoncée du site toulousain leur paraît totalement incompréhensible, compte tenu à la fois de la compétence des personnels du site français, de l’importance du marché automobile européen dont Freescale fournit 50% des semi-conducteurs embarqués, et de la qualité de l’environnement dont bénéficie Freescale en Midi-Pyrénées en matière de recherche et développement.

Face aux explications de M. Pepe, fondées sur la conjoncture et l’évolution des technologies, argumentaire qui ne les a pas convaincus, les responsables des collectivités locales ont demandé au dirigeant de Freescale de revenir sur la décision du groupe et lui ont fait part de leur désapprobation quant aux signes de repli national qu’il donne.

Elus et syndicats demandent l’intervention du Gouvernement 

En réponse, M. Pepe a informé ses interlocuteurs que Freescale a d’ores et déjà chargé un cabinet spécialisé dans la prospection de rechercher à un éventuel repreneur auquel il envisage de céder le site et que le groupe est à la recherche de productions qui pourraient demeurer sur place en lien avec la recherche toulousaine, dont Martin Malvy a rappelé qu’elle était largement à l’origine de la réussite du site.

La visioconférence avait été précédée d’une rencontre avec l’intersyndicale des salariés de Freescale pour préparer cet échange. Martin Malvy, Pierre Izard et Pierre Cohen ont, à cette occasion, fait connaître leur demande qu’un rendez-vous soit rapidement organisé avec M. Luc Chatel, secrétaire d’Etat en charge de l’Industrie, et demandé que le Préfet de Région et le Commissaire à la réindustrialisation nommé récemment en Midi-Pyrénées, se saisissent de la situation et rencontrent enfin les salariés de Freescale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.