Guerre au Sri Lanka : 100 000 civils pris au piège des combats ?

Le représentant du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies au Sri Lanka, Gordon Weiss, a estimé jeudi que la situation dans les camps de déplacés continuait « d’être plutôt misérable », dans un entretien à la radio de l’ONU. « Tout d’abord il y a surpopulation. Ensuite la population est extrêmement fragile. Elle a subi une expérience effroyable ces trois derniers mois ».

Selon OCHA, de cinq à six familles vivent sous une même tente à Menik Farm et à Vavuniya. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a construit 8.000 abris et érigé plus de 9.000 tentes pour répondre aux arrivées à Vavuniya, Jaffna et Trincomalee.

Gordon Weiss a estimé entre 50.000 et 100.000 le nombre de personnes encore prises au piège des combats.
Selon lui, la coopération avec le gouvernement sri lankais est plutôt bonne malgré des problèmes de coordination. Ce dernier souhaite montrer que les camps sont bien gérés et humains et qu’ils constituent une bonne alternative à la vie sous les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE).

Gordon Weiss a indiqué enfin que selon de nombreux observateurs les combats entre le gouvernement et le groupe indépendantiste en seraient à ses derniers jours. Si c’était le cas, l’aide humanitaire pourrait parvenir directement aux populations dans le besoin, a-t-il estimé.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.