Comment les étudiants de l’Université du Mirail décident du Blocage

greve-et-blocage-universite-toulouse-le-mirail.JPGComment la grève et le blocage de l’Université du Mirail ont été décidés ? Un document exceptionnel déniché par Toulouse7.com L’Assemblée générale du 20 avril du 20 avril dernier a été filmée dans son intégralité en voici les meilleurs moments avec les interventions “des meneurs”, des Universitaires favorables au mouvement, et d’autres favorables à la lutte mais contre le blocage.

Un document dont le réalisateur l’affirme “Ça peut permettre aux gens qui ne viennent pas en AG de voir qu’ils n’ont rien manqué de très excitant, ou aux extérieurs au Mirail de constater qu’on a beau être en fac de lettre et sciences humaines, c’est pas pour ça qu’on est capable d’instaurer un débat intéressant et constructif. :p” CQFD.

1- Le président du Mirail est il un suppôt de la ministre de Valérie Pécresse ? L’un des orateurs l’affirme “il -Filatre- est dans le camp du gouvernement”. Qu’est ce que le comité de lutte ? Organisation des interventions.

5- Vifs échanges sur le périmètre du mouvement. Un prof intervient  extraits : “on a préparé les allumette il va falloir les grater” “le blocage libère les capacités d’expression et d’émancipation mais il tue l’université”. Un intervenant propose de prendre contact avec des avocats …

6- Un étudiant propose “une action de neutralisation de l’administration”. les étudiants orateurs sont longuement applaudi.

7 – Un intervenant évoque la loi LRU et l’économie de marché et “les grands incendies” provoqués par la rencontre “des étincelles sous la glace”

8- La question posée aux étudiants ou d’une certaine conception de la démocratie, du décompte des voix. La reconduction de la grève est finalement revotée dans une ambiance de liesse.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.