Madagascar : la crise se poursuit en silence

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, reste préoccupé par la poursuite de la crise à Madagascar, qui a conduit à des arrestations pour motifs politiques, à une escalade de la violence et à la perte de vies humaines. Le diplomate coréen appelle les autorités à respecter les droits de l’homme et l’état de droit, a déclaré lundi sa porte-parole.

Un appel à Andry Rajoelina pour des élections rapides et crédibles

« Il prend note de la réunion du Groupe de contact sur Madagascar qui a eu lieu le 30 avril à Addis Abeba », a ajouté la porte-parole dans une déclaration.

Selon elle, le conseiller politique de l’ONU, Tiébilé Dramé, reste en contact avec l’Union africaine, la Communauté de développement de l’Afrique australe et avec les autres partenaires pertinents pour aider à trouver une sortie à la crise.

L’ancien maire de la capitale Antananarivo, Andry Rajoelina, a pris le pouvoir en mars avec l’appui de l’armée en renversant le Président Marc Ravalomanana. Il est depuis président de la Haute Autorité de transition.

« Le Secrétaire général répète que la seule solution est la reprise du dialogue entre toutes les parties. Il les appelle à remplir leur engagement à résoudre leurs différends dans le cadre d’un processus inclusif. Un tel dialogue devrait viser à un accord sur le cadre pour la transition et sur les modalités pour des élections rapides et crédibles aboutissant à un gouvernement légitime », selon la déclaration.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.