60 000 palestiniens risquent la démolition de leur logement

L’absence de planification urbaine adéquate et l’expropriation de près d’un tiers des terres de Jérusalem-Est pour la construction de colonies ont conduit à une crise du logement pour la population palestinienne de Jérusalem-Est, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires.

Alors que 190.000 colons israéliens vivent dans cette partie de la ville, les Palestiniens font face à des obstacles importants pour construire et se retrouvent confrontés à une pénurie de logements, souligne l’OCHA dans un rapport sur la Cisjordanie publié vendredi.

Le rapport explique que des délais excessifs, des frais élevés et l’incertitude liée à l’attribution de permis de construire ont poussé de nombreux Palestiniens à construire sans permis. De sorte que selon une évaluation modérée de l’OCHA près de 60.000 Palestiniens de Jérusalem-Est seraient maintenant exposés au risque de voir leur maison démolie.

L’OCHA souligne qu’Israël, en tant que puissance occupante, doit assurer la satisfaction des besoins fondamentaux de la population palestinienne du territoire occupé.

LOCHA demande en premier lieu le gel des ordonnances de démolition et recommande à Israël d’adopter un plan permettant de remédier à la crise du logement à Jérusalem-Est.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.