Axel Hémery nouveau directeur du Musée des Augustins

Axel Hémery, 44 ans, occupe désormais le poste de directeur du Musée des Augustins. Depuis le départ, en 2008, d’Alain Daguerre de Hureaux qui dirigea l’institution durant treize ans, ce Toulousain d’adoption assurait l’intérim.

créer des passerelles avec d’autres formes artistiques

Natif de la région parisienne, Axel Hémery a suivi un parcours d’études d’histoire de l’Art à Paris IV. Formé à l’Institut national du Patrimoine de 1991 à 1992, il occupera ensuite son premier poste au musée Pierre-André Benoît d’Alès dans le Gard de 1993 à 1998.

Spécialiste de peinture ancienne, il était en charge de ce département au musée des Augustins depuis cette date. « L’un des dix plus importants musées des Beaux Arts de France qui est victime d’un contraste entre une collection exceptionnelle, une équipe de 60 personnes très compétente et des difficultés sur le plan pratique, dues à sa vétusté notamment. »

Aujourd’hui, les missions premières consistent à « améliorer l’existant pour une meilleure satisfaction du public et à s’insérer dans la nouvelle politique culturelle municipale en créant des passerelles avec d’autres formes artistiques. » La concrétisation de ces axes de travail passe par une signalétique améliorée, des fiches de salle repensées, des bancs supplémentaires, « une série de choses assez simples, basiques qui vont permettre un meilleur accueil des visiteurs. »

un Projet d’exposition Caravage à Toulouse

Quant aux collaborations avec d’autres structures ou événements artistiques, « elles ont déjà débuté avec le Printemps de Septembre et nous projetons d’instaurer un dialogue avec les Siestes Électroniques. En 2010, la musique, déjà présente au musée des Augustins, prendra une place plus importante grâce au Festival Musika. » Le programme d’expositions, quant à lui, « peut reposer sur la spécificité du musée, jouer sur les restaurations d’œuvres afin de créer des liens avec d’autres pays. Ce sera le cas en 2010 qui verra la tenue d’une exposition consacrée au peintre italien du XVIIe siècle, Antonio Verrio, qui s’est arrêté à Toulouse pour peindre un retable et des tableaux avant de rejoindre la cour d’Angleterre. Nous envisageons également un projet autour du Caravage en 2012-2013 avec le FRAME, le club des musées d’art régionaux franco-américains. » Une évidence enfin : « Multiplier les expositions de personnalités de grande portée d’origine toulousaine comme Benjamin Constant ou Alexandre Falguière. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.