Grippe Porcine : les plus pauvres sont les plus vulnérables estime l’ONU

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban ki Moon a plaidé pour qu’en cas de pandémie due au virus H1N1, “aucune nation n’ait à faire face toute seule à cette menace.”

« Les nations pauvres sont particulièrement vulnérables », a-t-il prévenu, estimant que pour l’instant, la réponse internationale était un exemple idéal de coopération multilatérale.

De son côté, la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, a indiqué, lors de son point de presse quotidien, au siège de l’ONU, à New York, que l’OMS avait activé son Centre d’opérations stratégiques et son Comité d’urgence créé en 2005, afin de décider si le niveau d’alerte pandémique devrait être relevée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.