Au Kivu, l’ONU tente de diviser les forces rebelles

Dix combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) lourdement armés et 31 de leurs dépendants (12 femmes et 19 enfants), se sont rendus vendredi à une patrouille conjointe de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo et des forces armées congolaises (FARDC), dans la province du Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo, s’est félicité lundi la MONUC.

réinsertion dans la vie civile

Ils ont été confiés à l’équipe de Démobilisation, Désarmement, Rapatriement, Réintégration et Réinsertion (DDRRR) de la MONUC et transférés à Goma, la capitale du Nord-Kivu, ce week-end, « en vue de leur rapatriement dans la sécurité et dans la dignité au Rwanda, ainsi que de leur intégration au sein du Programme national de démobilisation et de réinsertion dans la vie civile », a souligné la Mission dans un communiqué.

Lors de leur reddition qui a eu lieu dans la localité de Mikumbi, au sud-ouest de Masisi, à 90 kilomètres de Goma, les combattants ont remis neuf armes (six AK47, 2 M-16, 1 carabine 9mm), et un important stock de munitions.

La MONUC lance un nouvel appel urgent aux autres combattants FDLR pour qu’ils saisissent la chance qui leur est toujours donnée, dans le cadre de la campagne KIMIA 2, de déposer pacifiquement les armes, et de rejoindre le programme DDRRR de la MONUC, qui reste ouvert. « La pression militaire en cours et qui va s’accentuer a déjà fortement affaiblie les structures militaires, d’approvisionnement et d’accès aux ressources des FDLR. La vie en brousse va continuer à se détériorer et devenir de plus en plus difficile », estime la Mission.

La MONUC les encourage à se dissocier de l’aile dure des dirigeants de leur mouvement qui les tient otages et à penser à l’avenir de leurs familles et de leurs enfants en choisissant de leur offrir une vie décente comme l’ont déjà fait bon nombre de leurs compatriotes.

Entre le 1er janvier et le 25 avril 2009, la section DDRRR de la MONUC a rapatrié 1.668 ex-combattants FDLR et leurs dépendants (586 ex combattants et 1082 dépendants). La moyenne mensuelle de rapatriement des ex combattants depuis le début de l’année 2009 est d’environ 146, soit quatre fois plus que la moyenne mensuelle en 2008, qui s’élevait à 37.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.