Epica et son hard rock symphonique mardi au Ramier

Groupe néerlandais fondé en 2002, Epica est issu du départ de Mark Jansen de son groupe After Forever. Il y tenait la place de guitariste aux côté de Floor Jansen, et le quitta suite à des divergences à propos de l’orientation de la formation. Initialement nommé Sahara
Dust, le projet du guitariste aura d’abord pour chanteuse Helena Michaelsen, du célèbre groupe Trail of Tears. Au début de l’année 2003, elle est remplacée par Simone Simons, alors petite amie de Mark Jansen.

Ils sont ensuite rejoints par les autres membres du groupe.
Le nom définitif du groupe, Epica, sera choisi en fonction de l’album éponyme de Kamelot.

Leur premier album, The Phantom Agony sort en juin 2003 et est produit par Sacha Paeth (producteur de Kamelot notamment) et traite principalement du danger de la manipulation au nom des religions. Leur second album Consign to Oblivion, a pour thème la civilisation maya !

Leur succès est alors foudroyant. Le quintet hollandais réussissant à se former une image forte et une solide réputation scénique dans l’exigeant milieu du metal symphonique.

En 2007, Epica sort « The divine conspiracy » sur le prestigieux label Nuclear blast (Nightwish, Dimmu Borgir) et repart à l’assaut des scènes, tant en Europe qu’aux Etats-Unis.

Leur tournée française (6 dates seulement !) passe par Toulouse le 18 novembre. Les
amateurs sont prévenus !


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.