Rentrée dispersée pour l’extrême Gauche Toulousaine

trotsky-toulouse.JPGD’un côté Lutte Ouvrière, de l’autre le parti d’Olivier Besançenot. Une distance de plusieurs dizaines de kilomètres séparera les meetings de rentrée des 2 principaux partis d’extrême gauche. La crise financière internationale n’a pas crée d’union sacrée autour de Léon Trotsky à Toulouse !

Pour sa rentrée, le parti d’Olivier Besançenot a décidé de réunir ses troupes à la Salle des Fêtes de Ramonville dans la banlieue de Toulouse. Le parti d’Arlette Laguiller, le même jour, à la même heure tient meeting à la Mounède, route de Saint Simon à Toulouse.

Force est de constater que, et malgré sa transformation en Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), la Ligue Communiste Révolutionnaire n’a pas réussi à fédérer l’extrème gauche toulousaine.

Si le détail des travaux des partisans de Lutte Ouvrière n’est pas connu, le Nouveau Parti anticapitaliste  réfléchira sur l’impérialisme et l’OTAN, l’écosocialisme et la privatisation de la poste. Plusieurs concerts ponctueront la soirée. A noter cependant que la participation aux travaux est payante !

A LIRE AUSSI :

>> Comment le Nouveau Parti Anticapitaliste s’organise à Toulouse

>> L’extrème droite tente de recruter à Toulouse

liens sponsorisés

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.