EDVIGE : le fichier de la Honte pour la députée Lemorton

Vives critiques de la part de la députée socialiste de Toulouse Catherine Lemorton à l’égard du gouvernement Sarkozy Fillon sur le fameux fichier Edvige. “Hélas” a aujourd’hui expliqué la députée toulousaine “en cette rentrée, l’UMP ne semble pas avoir pris la bonne résolution ” Pour Catherine Lemorton, “Elle -l’UMP- prétend en effet aujourd’hui qu’avec le fichier EDVIGE “les protections sont au contraire renforcées“.

Selon la parlementaire socialiste, cette position, encore soutenue dimanche par le ministre UMP Xavier Bertrand dans le journal de 20h de France 2, est tout bonnement une aberration.

La réalité est bien différente puisque le fichier « EDVIGE » contient en fait” précise la députée socialiste, trois points dangereux pour les libertés fondamentales :


1) “L’autorisation de l’enregistrement des données à caractère personnel portant sur “les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes” ainsi que les données relatives à “la santé et à la vie sexuelle
“.

2) “L’ajout, parmi les catégories de données qui peuvent être fichées, des « données relatives à l’environnement de la personne” ainsi que “les informations fiscales et patrimoniales”.

3) “L’autorisation du fichage des mineurs à partir de 13 ans, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici.”

Catherine Lemorton, inquiète “de voir régresser une nouvelle fois les libertés individuelles dans le pays, participera aux actions de mobilisation contre ce fichier tant que le gouvernement n’aura pas décidé de le modifier et n’aura de cesse de dénoncer ce fichier de la honte.”

A LIRE AUSSI :

>> le ministre de la défense Hervé Morin dénonce le fichier EDVIGE

>> Libertés/Sécurité clash gouvernemental 

liens sponsorisés 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.