Constitution, les députés toulousains ont voté non

Le Parlement, réuni en Congrès, à Versailles, a adopté lundi 21 juillet 2008 la réforme des Institutions par 539 voix contre 357, soit une seule voix de plus que la majorité requise des 3/5ème des suffrages exprimés. La député de Toulouse Catherine Lemorton a souhaité réagir et expliquer son point de vue :

Nicolas Sarkozy et le débat parlementaire

“Nous avions souhaité depuis plusieurs mois, avant la discussion parlementaire, exposer les points d’un accord qui permettraient de réelles avancées démocratiques : une réforme du mode de scrutin sénatorial, une meilleure représentation des citoyens par une dose de proportionnelle, le vote des étrangers aux élections locales et le pluralisme des medias.”

“Sur chacun de ces points” poursuit Catherine Lemorton, “Nicolas Sarkozy avait marqué son accord pour une véritable volonté de réforme évoquant il y a un an la nécessité de construire une « démocratie exemplaire ».”

Une position que critique la députée de Toulouse en ces termes “Mais au consensus, Nicolas SARKOZY a préféré le dialogue avec sa majorité et il a renoncé à tout au fil du débat parlementaire, y compris à certaines annonces de la campagne présidentielle. Le texte est donc en recul par rapport aux propositions de la Commission Balladur et a été adopté in extremis par une majorité parlementaire soumise à la pression et au chantage de l’exécutif.”


liens sponsorisés


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.