Interprétation restrictive du droit de retrait par la SNCF

Trois organisations syndicales ont appelé ce jour le personnel SNCF de la région Midi-Pyrénées à exercer un ” droit de retrait “, à la suite d’un incident de frein déclaré samedi dernier en gare de Montauban par le conducteur d’un train d’une compagnie ferroviaire privée (VEOLIA Transports).
La SNCF regrette que ses clients voyageurs et chargeurs “aient été victimes de l’arrêt de travail sans préavis de certains agents conducteurs de la région de Toulouse.”

Abus de droit ou danger grave et imminent ?

La SNCF considère que le recours au « droit de retrait » est totalement abusif dans ce cas.
1) L’incident survenu samedi 26 avril en gare de Montauban concerne le train d’un opérateur privé concurrent de la SNCF.
2) Ce droit de retrait n’est en rien justifié puisque le train en cause est garé depuis l’incident : tout danger grave et imminent est donc écarté.

Une enquête est lancée. l’Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire, autorité de l’Etat, décidera des suites à y donner.

liens sponsorisés

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.