Alternative à l’essence chère, Malvy veut plus de trains

8 maires ont déjà été mis en examen pour “avoir manifesté et retardé des trains”. Dans le conflit qui oppose élus locaux à la SNCF pour cause de suppression d’arrêts non rentables sur la ligne Paris Limoges Toulouse, le président de la Région Midi-Pyrénées vient de saisir Jean Louis BORLOO. Martin Malvy demande au Ministre de l’Ecologie et du développement durable la nomination d’un médiateur national “pour sortir de la crise”.

Risque de suppression des gares de Gourdon et Souillac

Par ailleurs, Martin Malvy, estime que le conflit pourrait bientôt s’étendre en Midi Pyrénées où les arrêts de Gourdon et Souillac risquent d’être “rayés de la carte le projet de train pendulaire” Paris Toulouse et disparaître. Et ce en totale contradiction avec la priorité de la politique régionale, à savoir “le développement du transport collectif”.

Base de données transport voyageur et marchandises

A l’heure où le Conseil régional et les collectivités locales viennent de terminer la phase de concertation du Nouveau Schéma Régional des Infrastructures et des Transports, la région Midi Pyrénées affiche ainsi sa volonté de “renforcer et faciliter l’accessibilité du territoire régional”.

Pour ce faire, et en prévision d’une “croissance démographique de 21%, de plus d’habitants” à l’horizon 2030 dans la région, le Conseil régional va “renforcer l’offre de transports collectifs”. Des études seront ainsi menées sur le territoire de l’agglomération toulousaine où est constaté “une forte augmentation des déplacements quotidiens pour un habitant”.

liens sponsorisés

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.