Mali. l’UNESCO demande aux soldats français de protéger le patrimoine culturel

La Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour la science, l’éducation et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a lancé mardi un appel à toutes les forces militaires engagées au Mali afin qu’elles protègent le patrimoine culturel de ce pays, déjà gravement endommagé.

Invoquant la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en situation de conflit et ses deux protocoles, Mme Bokova a adressé une lettre aux autorités maliennes et françaises, les appelant au respect de la Convention qui interdit la destruction ou la détérioration de biens culturels.

« Le patrimoine culturel du Mali est un joyau dont la protection importe à l’ensemble de l’humanité. Ce patrimoine est notre bien commun, rien ne saurait justifier qu’on y porte atteinte. Il est porteur de l’identité et des valeurs de tout un peuple », a rappelé Mme Bokova dans un communiqué de presse.

Tombouctou

« La destruction en 2012 des sites du patrimoine du Mali, notamment les mausolées de Tombouctou, a suscité une vague d’indignation légitime dans le monde entier, contribuant à faire prendre conscience de la situation critique de la population. L’intervention militaire actuelle doit permettre de protéger les populations et de sécuriser le patrimoine culturel malien », a-t-elle ajouté.

En prévision des opérations militaires, l’UNESCO a déjà fourni aux états-majors concernés les éléments topographiques relatifs à la localisation des sites, ainsi que des brochures individuelles d’information à l’attention des soldats pour prévenir les dommages au patrimoine culturel. Ces informations ont été partagées avec les forces de police et des travailleurs humanitaires.

« La protection du patrimoine culturel est un élément essentiel de tout effort durable pour la construction de la paix et le respect des droits humains », a insisté Mme Bokova.

Le Mali compte quatre sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce patrimoine exceptionnel témoigne des réalisations du génie humain dans la région et reste un symbole de dialogue interculturel et de pratique tolérante et pacifique de la religion. Ce patrimoine, associé notamment au développement de l’éducation de qualité, est un pilier de la reconstruction de la paix et de la société au Mali.

« L’UNESCO se tient prête à apporter sa contribution et nous suivons la situation en temps réel. J’appelle au soutien de tous ses Etats Membres, en particulier par le biais du Fonds spécial établi à la demande du Comité du patrimoine mondial, pour le financement d’opérations futures, en particulier d’évaluation, de réhabilitation et de reconstruction », a conclu la Directrice générale.

Partager

Abonnez-vous à notre newsletter

Le meilleur du Buzz du web !

Commenter cet article

votre adresse email ne sera pas publiée.